Le présent flash revient sur l’internationalisation des grandes entreprises françaises et britanniques en analysant plus particulièrement la part du capital détenue par les non-résidents