Lors d’un événement organisé aujourd’hui par l’AFEP, l’Association française des entreprises privées, les entreprises ont appelé l’Union européenne à mieux les impliquer dans toutes les discussions et actions relevant de la finance durable. Elles ont également demandé que soit élaboré un cadre permettant d’améliorer le reporting sur les questions environnementales et, plus généralement, sur les questions non-financières, tout en créant les conditions d’un dialogue constructif et équilibré entre les investisseurs et les entreprises.

Les grandes entreprises françaises ont placé la RSE au cœur de leurs stratégies depuis plusieurs années et sont leaders en Europe sur cette implication. Elles ont pris des engagements publics et concrets pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, respecter les droits de l’homme, préserver la biodiversité et développer l’économie circulaire. Elles se félicitent du plan d’action de la Commission, mais regrettent de ne pas avoir été suffisamment associées aux travaux et aux discussions qui ont abouti à ce plan.

Afin de mettre en place des mesures efficaces et proportionnées favorisant une finance durable, il est crucial d’impliquer les entreprises, qui jouent le rôle central dans les processus de transition énergétique et de reporting. François Soulmagnon, Directeur-Général de l’AFEP, a déclaré: « Le plan d’action pour la finance durable constitue une étape décisive dans la politique de l’UE en matière d’ESG, d’atténuation et d’adaptation au changement climatique. Le défi ne consiste pas seulement à rendre la finance plus verte, mais également à créer une économie plus verte. Nous n’atteindrons cet objectif qu’en associant fortement les entreprises européennes à ce processus. »

Les entreprises françaises présentent déjà le plus haut niveau d’informations non-financières par rapport aux entreprises du monde entier, notamment en matière de risque climatique, et poursuivent leurs progrès en faveur d’une intégration des différents reportings. Liliana Franco, d’Air Liquide, a déclaré: « Notre niveau de reporting est déjà considérable et les entreprises françaises font partie des meilleures de leur catégorie. Nous sommes prêts à partager notre expérience et à contribuer à créer des conditions de concurrence équitables au niveau mondial. »

Les entreprises demandent à l’Union européenne que soit élaboré un cadre permettant d’améliorer le reporting sur les questions environnementales et, plus généralement, sur les questions non-financières, tout en créant les conditions d’un dialogue constructif et équilibré entre les investisseurs et les entreprises.

Tout en comprenant la nécessité d’établir une taxonomie des activités respectueuses de l’environnement, les entreprises soulignent la nécessité d’évaluer les conséquences de cette démarche. Elle ne devrait pas conduire à des stratégies d’exclusion de la part des investisseurs. Au contraire, les entreprises souhaitent le développement de financements attractifs pour soutenir leurs processus de transition écologiques et énergétiques. La taxonomie doit donc tenir compte des spécificités des secteurs d’activité ainsi que des efforts de transition en cours et prévus des entreprises. Alice Peyrard de Veolia a expliqué: « Une approche au niveau du projet ou au niveau sous-sectoriel permettrait de canaliser plus efficacement les efforts de transition ».

 

A propos de l’Afep

L’Afep est l’Association française des entreprises privées. Elle représente 120 des plus grandes entreprises opérant en France. Elle participe aux débats publics en apportant des solutions pragmatiques pour favoriser le développement d’une économie française et européenne compétitives.

Contacts

Bruxelles:

Jérémie PELERIN, Directeur des Affaires européennes, Responsable du bureau Bruxelles                   j.pelerin@afep.com +32 2 219 90 20

Paris:

Elisabeth GAMBERT, Directrice RSE & Affaires internationales e.gambert@afep.com  +33 1 43 59 85 14

Nicolas BOQUET, Directeur Energie & Environnement fn.boquet@afep.com  +33 1 43 59 71 38

Le Quang TRAN VAN, Directeur des Affaires financières lq.tranvan@afep.com +33 1 43 59 85 46

 

At an event organised today by AFEP, the French Association of Large Companies, corporates called on the European Union for a better involvement in all discussions and actions in the field of sustainable finance. They also asked for a framework which will enable progress on reporting regarding environmental topics and, more generally, non-financial issues, whilst creating the conditions for a constructive and balanced dialogue between investors and corporates.

Large French corporates have placed CSR at the heart of their strategies for many years and are leaders in Europe on this involvement. They have made public and concrete commitments to reduce their GHG emissions, respect human rights, preserve biodiversity and develop circular economy. They welcome the Commission’s action plan but regret they were not sufficiently involved in the work and discussions leading to the action plan.

In order to deliver efficient and proportionate measures fostering sustainable finance, it is crucial to involve companies, which play the central role in energy transition and reporting processes. François Soulmagnon, AFEP’s Director General said: “The action plan for sustainable finance is a landmark in EU policy regarding ESG issues and climate change mitigation and adaptation. The challenge is not only to make finance greener but to create a greener economy. We will achieve this goal only if we strongly involve European corporates in this process.”

French corporates already present the highest level of non-financial information compared to companies worldwide, notably regarding climate risks, and continue their progress towards the integration of different reportings. Liliana Franco from Air Liquide said: “Our level of reporting is already extensive and French corporates belong to the best-in-class. We are ready to share our experience and help build a level-playing field.”

Corporates call on the European Union to establish a framework which will enable progress on reporting regarding environmental topics and, more generally, non-financial issues whilst creating the conditions for a constructive and balanced dialogue between investors and corporates.

Whilst understanding the need for establishing a taxonomy of environmentally sustainable activities, corporates stress the need to evaluate the consequences of this approach. It should not lead to exclusion strategies by investors. On the contrary, corporates call for the development of attractive financing to support their ecological and energy transition process. The taxonomy should therefore take into account the specificities of business sectors as well as current and planned transition efforts by corporates. Alice Peyrard from Veolia explained: “A project level or subsectoral level approach would enable transition efforts to be channelled more efficiently”.

 

About AFEP

AFEP is the French Association of Large Companies. It represents 120 of the largest companies operating in France. It takes part in public discussions by providing pragmatic solutions to foster the development of a competitive French and European Economy.

Contacts

Brussels:

Jérémie PELERIN, European Affairs Director, Head of the Brussels Office ǀ j.pelerin@afep.com ǀ +32 2 219 90 20

Paris:

Elisabeth GAMBERT, Director CSR & International Affairs ǀ e.gambert@afep.com  ǀ +33 1 43 59 85 14

Nicolas BOQUET, Director Energy & Environment ǀ fn.boquet@afep.com  ǀ +33 1 43 59 71 38

Le Quang TRAN VAN,Director for Financial Affairs  ǀ  lq.tranvan@afep.com  ǀ  +33 1 43 59 85 46