Dans le cadre de sa stratégie pour un marché unique du numérique, la Commission européenne souhaite renforcer la sécurité des acteurs du numérique, notamment en modernisant le cadre des droits de propriété intellectuelle. Les entreprises considèrent efficaces les mesures civiles destinées à protéger la propriété intellectuelle. Elles estiment cependant nécessaire de prendre en considération le rôle des intermédiaires afin d’améliorer la lutte contre la contrefaçon. Elles demandent donc la préservation d’une définition large de ces acteurs et proposent de les intégrer à la chaîne d’actions permettant de lutter contre ce phénomène. A cette fin, ceux-ci devraient avoir l’obligation de mettre en place des mesures proactives, proportionnées et raisonnables, sauf à voir leur responsabilité engagée.