L’Afep intensifie son travail de mesure de l’impact du retrait britannique et de préparation des négociations sur la future relation économique.

Depuis la décision des autorités britanniques d’enclencher la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, l’Afep a effectué un travail de veille et d’analyse sur le processus de négociation de l’accord de retrait et a communiqué aux pouvoirs publics les positions générales des adhérents sur les liens à maintenir avec le Royaume-Uni sur la base d’un questionnaire essentiellement financier.

 

Le rapprochement des échéances et, en particulier, le lancement des préparatifs relatifs aux discussions sur la nouvelle relation avec le Royaume-Uni, impose de définir la position des entreprises de l’Afep sur un grand nombre de volets de ce sujet identifié comme une priorité par son conseil d’administration.

 

Les objectifs de l’Afep sont d’alimenter concrètement la réflexion de la Commission européenne et des Etats membres sur le contenu de l’accord sur la future relation économique et d’alerter les pouvoirs publics français sur les conséquences du retrait britannique sur les entreprises françaises et les mesures d’accompagnement logistiques (douanes, infrastructures de transports notamment), réglementaires ou fiscales qui s’imposent.

 

L’Afep a décidé à cette fin la création d’un groupe de travail dédié sur le Brexit, dans lequel les responsables des cellules « Brexit » des adhérents ou d’autres représentants de leur choix pourront partager leur expérience dans l’évaluation des risques liés au Brexit et exprimer leurs priorités concernant la gestion des conséquences du retrait britannique et les axes de la relation économique future.

 

L’Afep a par ailleurs régulièrement alerté le gouvernement français sur la nécessité de créer de groupes de travail Brexit conjoints, composés de représentants des associations professionnelles (Afep, MEDEF, fédérations sectorielles) et des administrations concernés (Direction générale du Trésor, Douanes, Direction générale des finances publiques, Ministère de la transition écologique, Ministère des transports) pour assurer un dialogue entre l’Etat et les entreprises sur les mesures d’accompagnement du Brexit et le suivi des négociations de l’accord sur la relation future.